Le fictionnel et le fictif

Depuis les temps modernes, lorsque Thomas Hobbes entre autres "découvrit" le pacte social depuis l'institution du langage entre les humains, l'usage du mot fiction est abondant - et aujourd'hui plus que jamais. Il recouvre un champ mouvant, de très restreint à très large : de fiction littéraire ou médiatique à fiction juridique, voire mathématique... Il en devient quasi synonyme de culture, ce qui l'oppose à nature, mais pas à monde ou à réalité, ce qui le met à distance de l'idée d'une chimère, d'une erreur ou d'une irréalité. Il est aussi le pus souvent employé à tort et à travers - mais aussi à raison, ce qui n'est pas sans paradoxe puisque la fiction s'oppose habituellement à la raison comme au réel...

Eric Clémens, Le Fictionnel et le Fictif, éd. du C.E.P., 15€, 135 p. 

Pour un pacte démocratique

Le malaise politique de notre temps appelle une refondation qui correspond à l'exigence même de la démocratie. Ce manifeste prend appui sur les actions et les réflexions qui se multiplient aujourd’hui plus que jamais.  Continuer 

Le malaise politique de notre temps appelle une refondation qui correspond à l'exigence même de la démocratie. Ce manifeste prend appui sur les actions et les réflexions qui se multiplient aujourd’hui plus que jamais. Quelles tensions traversent l’institution démocratique ? À quelles inventions a-t-elle donné lieu ? Quelles mutations non pas des femmes et des hommes mais du « monde entre eux » peut-elle favoriser ?
 

Eric Clémens, Pour un pacte démocratique. Manifeste

Ed. des Presses Universitaires de Louvain, 2017, 90 pp.

 

De l'égalité à la liberté

De l'égalité à la liberté

De la liberté à l’égalité puis de celle-ci à celle-là, de la poésie à l’action comme de la politique à l’éthique en ­passant par le Revenu de Base Inconditionnel (parfois appelé l’allocation universelle), ce livre forme une suite d’intro­ductions, directes et indirectes, à la philosophie politique. Et il retrace en filigrane l’itinéraire d’une génération militante - depuis les libertés conquises autour de 1968 jusqu’aux actuelles inégalités croissantes - autant qu’intellectuelle, depuis l’enjeu du langage dans la philosophie et la littérature.


S’en trouvent traversées la critique du travail soumis à la marchandise, la liberté de paroles dans l’ouverture poétique du langage et la recherche du sens de l’égalité au-delà de la formalité juridique. Les divisions réelles de la société contemporaine, en particulier face aux transformations technologiques sous la domination du capital financier, sont remises en jeu dans les alternances démocratiques. Favorisée par le RBI, l’exigence d’égalité en tension avec la liberté oriente toute visée politique d’une action sur le monde : ouvert à quels corps humains ?

Façons de voir 

Chercher à saisir les lignes de force de la vision fait découvrir aussitôt les mille et unes façons de voir : autrement dit, fait découvrir que la vision (physiologique) s’inscrit toujours dans la vue (son phénomène et sa fiction). L’expérience picturale ouvre bien sûr la voie à cette découverte : la peinture nous fait voir autrement.

 

Que l’art puisse parfois sembler sans issue (mort, disait-on) relance aussi la question : comment apparaît l’esthétique (la perception) sinon par l’esthétique (le façonnement) ? Et la figuration, au sens actif du mot, entre défiguration et infigurable, n’est-elle pas le nom même de cette entre-vue du monde ?

 

À partir de pensées convergentes de la peinture, de l’anthropologie, de la psychanalyse et de la philosophie, Façons de voir tente de donner appui à nos perceptions esthétiques.

La fiction et l'apparaître

Ce livre a pour origine le désir d'unifier une double expérience, littéraire et philosophique, en une synthèse révélatrice de leurs enjeux actuels. Eric Clemens, qui enseigne la philosophie à Bruxelles et collabore depuis sa fondation à la revue littéraire TXT, montre à la fois comment, dans l'épreuve du langage, s'engendrent les fictions et comment la fiction, dans son mouvement d'apparaître, constitue notre rapport au monde.

Après avoir dégagé les traits constitutifs d'une langue qui ouvre aux phénomènes, l'auteur tente de dépasser la conception subjective de la fiction et les différentes théories de l'imagination. Il esquisse alors une phénoménologie de la fiction où le sujet, entre la représentation et l'irreprésentable du réel, cherche à donner figure, rythme et narration au monde de la vie.

Alors que les liens entre littérature et philosophie font l'objet d'une attention de plus en plus soutenue de la part des philosophes (Deleuze, Derrida, Ricoeur...), Eric Clemens apporte une contribution importante à la compréhension de l'expérience littéraire.

Les brisures du réel

Une philosophie de la nature est-elle encore possible ? Les déconstructions de la matière, de l’espace et du temps par les sciences forcent à répondre par la négative, du moins en regard des philosophies antiques et modernes. Et les signifiances qui transparaissent de ces approches nouvelles sollicitent une méditation de ce qui n’est plus assignable sous le terme de « nature » ; du micro-au macro-physique, en passant par l’émergence du vivant, le réel imperceptible se comprend comme un jeu de brisures dans la mobilité perpétuelle.


 

 
 

Penser la guerre ?

Parcourant les principales hypothèses anthropologiques, psychanalytiques, philosophiques... sur les origines de la guerre, ce livre tente d'approcher le phénomène belliqueux en lui-même. Par-delà les différents savoirs que sont l'historiographie, la stratégie, la polémologie, l'ethnologie, l'économie... Eric Clémens entend dépasser les circonstances qui entraînent l'apparition de telle ou telle guerre et interroger la répétition obstinée de ce phénomène humain. Interrogation d'autant plus actuelle qu'à la persistance des guerres s'ajoute aujourd'hui leur mutation "grâce aux technosciences, dans une économie mondialisée qui laisse à découvert la menace d'un déchaînement mondial de la guerre. En toute liberté...

12 € sur commande auprès de l'éditeur, sans frais de port pour la Belgique : envoyer un mail à jean.meurice@cep-editions.com avec vos coordonnées et le nombre d'exemplaires souhaité; envoi dès réception de votre paiement sur le compte BE77 0689 0011 3042 des Editions du CEP SPRL avec la mention votre nom + titre de l'ouvrage commandé".

Eric Clémens, Penser la guerre ? , Ed. du CEP, Bruxelles 2017, 170 pp.